Pour produire et commercialiser

des agneaux de qualité !
5 Technico-Commerciaux
au service des éleveurs
Des ramassages réguliers par secteur
ACTUALITE
OFFRE D'EMPLOI
Vous êtes motivé(e) pour intégrer la Filière Ovine.
L’Union de coopératives OBL (Ovins Berry Limousin) recherche un(e) technico-commercial sur un secteur d’activité (87/36/23/19)
Nous souhaitons un collaborateur Homme/Femme expérimenté rattaché au responsable technique et qui sera chargé de mettre en application la politique commerciale définie par l’Union.
Il/Elle aura pour missions d’apporter chez nos adhérents de l’appui technique, trier les agneaux en ferme, contrôler les démarches qualités, accompagner les éleveurs dans leurs choix de reproducteurs, réaliser des échographies et faire de l’animation technique.

Envoyer votre CV et lettre de motivation à :
OBL Secrétariat administratif, Malonze 23300 LA SOUTERRAINE
La chronique ovine
La complémentation minérale d’un troupeau sur l’année est complexe. Toutefois, quelques grandes règles de base sont à respecter. Dans ce domaine, les excès sont souvent plus néfastes que les carences. Apporter des minéraux toute l’année est très coûteux et peut être préjudiciable pour la santé des animaux dans le cas d’une conduite au pâturage. En effet, l’excès d’un élément est alors à craindre, ce dernier bloquant l’assimilation d’un autre. Des cures de minéraux aux moments stratégiques suffisent : un mois avant la mise à la reproduction et un mois avant l’agnelage.

Jamais de cuivre ajouté
Au cours des autres stades physiologiques, des cures d’un mois maximum alternées avec un ou deux mois sans apport sont également possibles : pierre ou seau enrichi en zinc pour les boiteries par exemple.
D’autre part, un aliment pour ovins ne doit jamais contenir de cuivre ajouté sauf diagnostic de carence. Il est important de vérifier que cet oligo élément ne figure pas dans la liste des additifs sous peine de grave intoxication. Enfin, l’apport d’engrais enrichis d’un élément (sélénium par exemple) sur les prairies est moins efficace que l’apport direct à l’animal car la plante l’absorbe plus ou moins bien.
Pour en savoir plus : « la lettre technique des éleveurs ovins n°24 : complémentation minérale, simplicité et modération » sur www.idele.fr et www.inn-ovin.fr.

Laurence SAGOT (Institut de l’Elevage – CIIRPO)

La chronique ovine
Les populations de renards et blaireaux sont en constante augmentation dans les campagnes. Selon Alain Delpuech de la fédération des chasseurs de la Haute-Vienne, « il y a trois principales raisons : l'interdiction de la chloropicrine dans les années 1990, la présence de terriers plus nombreux après la tempête de 1999 rendant leur suivi plus facile et la disparition de la gale ». En avril et mai, les renardes se mettent à chasser pour nourrir leurs jeunes. Les agneaux âgés de moins d’un mois et les plus fragiles sont des proies faciles. Les pertes peuvent être élevées. « Sans compter le nombre de renards qui ont été piégés et dont le nombre a doublé entre 2011 et 2017, le tableau de chasse fait état de 3950 renards tués en Haute Vienne lors de la campagne 2016/17 contre1860 en 2001/2002, argumente Alain Delpuech. La fréquence d'observation lors des comptages de nuit réalisés par la Fédération des chasseurs a été multipliée par 5 au cours des 15 dernières années ».

Un classement revu tous les 3 ans
En Haute-Vienne, le renard est classé dans les espèces nuisibles mais le classement des espèces est revu tous les 3 ans. « Nous avons très peu de déclarations, explique le technicien de la fédération de chasse et cela pose problème car un recensement des dégâts est indispensable pour classer les espèces nuisibles. Le renard est ainsi susceptible de sortir de la liste des espèces nuisibles et le seul moyen de régulation resterait la pratique de la chasse. Le piégeage du renard serait alors interdit. Chaque fois que cela est possible, il est donc très important de faire une déclaration à votre Fédération Départementale des Chasseurs ».

La population de renards augmente d’années et années


Les activités du CIIRPO sont financées par l’Union Européenne et les conseils régionaux Nouvelle Aquitaine et Centre Val de Loire.


Laurence Sagot, Institut de l’Elevage/ CIIRPO
O.B.L.

Ovins Berry Limousin

Siège : 19 Route de Chandelle
36350 LUANT

Site Administratif : Malonze
23300  LA SOUTERRAINE

Tél : 05 55 89 57 21

Mail : obl@obl.coop

AGENDA
Aucune donnée
ESPACE ADHÉRENT
Accéder à vos données personnelles.

- Vos derniers poids
- Vos données d'activité
- vos annonces
- etc...